Histoire

Le 1er janvier 2016, les élus des trois communes de Castelnau de Brassac, de Ferrières et du Margnès créent la commune de Fontrieu dans un souci d'adaptation à la loi portant Nouvelle Organisation Territoriale de la République (NOTRe).

L’histoire de la commune de Fontrieu est riche du passé respectif de ses trois communes historiques.

Quelques faits historiques de la commune de Castelnau de Brassac :

Le village de Castelnau, il y a près de 400 ans
Le village de Castelnau, il y a près de 400 ans
Le village de Castelnau, il y a près de 400 ans
Le village de Castelnau, il y a près de 400 ans

En 1689, après la révocation de l'Édit de Nantes de 1685, le prédicant Corbière de la Sicardié de la communauté protestante est massacré par les dragons du Roi au lieu-dit Larénas. Une Pierre Plantée en garde la mémoire.

Par ordonnance royale du 29 décembre 1819 la commune de Castelnau est distraite du canton de Vabre et réunie au canton de Brassac.
En 1824 est fondé à Oulliats, un couvent de l'institut des sœurs de Saint-Joseph. Elles y tiendront une école de filles, pensionnat et école d'enseignement ménager. Les dernières sœurs quitteront les lieux en 1992 pour d’autres couvents.
Le 5 août 1944, les maquisards planifient une embuscade entre Longuecamp et Cambous. Grâce au courage des résistants et aux salves de leurs fusils mitrailleurs, l'ennemi battra en retraite.

Des personnalités sont liées au passé de la commune :

  • Louis Abel Bonafous, dit plus tard abbé de Fontenai, né à Castelnau-de-Brassac le 4 mai 1736, «professa les humanités» au collège de Tournon. Il exerça ensuite des activités journalistiques en étant notamment compilateur, en réunissant des documents de sources diverses afin d’en réaliser des ouvrages de vulgarisation. Il meurt à Paris le 28 mars 1806.
  • Louis Cavaillès, né à Cadoul en 1901, fut mécanicien de Jean Mermoz aviateur et pilote pour l’aéropostale. Il prendra part au succès de la première traversée de l'Atlantique entre Dakar au Sénégal et Natal au Brésil. Il meurt le 15 juillet 1983 à Pau, dans les Pyrénées-Atlantiques.
  • François Hussenot, né le 22 mars 1912 à Mézières, est mort accidentellement le 16 mai 1951 à proximité du hameau de la Métairie Blanche. Cet ingénieur français et industriel, à qui l'on doit l'invention des premiers enregistreurs de vol s’appuyant sur la photographie communément appelés « boîtes noires » dans l’aviation civile, était en service commandé lors de l’écrasement de son avion.

Blason Castelnau de BrassacSon blasonnement : De gueules à l'orme arraché d'or, au chef cousu d'azur chargé de trois fleurs de lys aussi d'or.

Quelques faits historiques de la commune de Ferrières :

Le château de Ferrières
Le château de Ferrières

Dans la première moitié du XVIème siècle, c'est probablement Guillaume Guilhot, chef local huguenot, qui fait construire ou reconstruire le château de Ferrières. Il devient une place forte des Réformés dans la région. Un siècle plus tard, le château est transformé en garnison par le maréchal de Noailles, devenant une place forte de la lutte contre les protestants après la révocation de l'Edit de Nantes. En 1708, le château est transformé en prison. A la Révolution, le château vidé de ses prisonniers et désarmé, devient un bien national. En 1796, le citoyen Mialhe achète le bien avec l’obligation que les emblèmes de la féodalité soient immédiatement détruits et les tours abaissées au niveau des toitures.

A la fin du 19ème siècle, un projet d’implantation d’une ligne ferroviaire permettant de désenclaver la montagne connaît quelques vifs débats. Cette ligne sera mise en chantier au début du 20ème siècle. Le petit train, ainsi nommé, circulera entre Castres et Murat sur Vèbre, avec une bifurcation rejoignant Brassac, à partir de 1905 jusqu’en décembre 1962. Une gare fut installée à proximité du  pont qui enjambe l’Agoût.

Une légende veut que les cailloux en éboulis se trouvant sur les rives de la rivière Agoût et formant la poche du Diable, aient été déversés par un Satan courroucé à qui des consuls avaient demandé de construire le Pont du Diable.

Blason de FerrièresSon blasonnement : D'argent au pal flambloyant de gueules.

Quelques faits historiques de la commune de Margnès :

En 1789 la communauté du Margnès-d'Anglès est lié à la sénéchaussée de Carcassonne, diocèse de Saint-Pons, celle du Margnès-de-Brassac à la sénéchaussée de Castres, diocèse de Castres. La paroisse du Margnès-d'Anglès est Sainte-Madeleine de la Grange.

En 1790, la commune du Margnès-d'Anglès est rattachée au canton d'Anglès, district de Saint-Pons, celle du Margnès-de-Brassac au canton de Brassac, district de Lacaune.

En 1797, la commune du Margnès-d'Anglès est cédée au département du Tarn. Le canton d'Anglès est échangé avec le canton de Saint-Gervais.

En 1802, la commune du Margnès-d'Anglès fait partie du canton d'Anglès, arrondissement de Castres, celle du Margnès-de-Brassac du canton de Brassac, arrondissement de Castres.

Le 17 juin 1846, les communes du Margnès-d'Anglès et du Margnès-de-Brassac fusionnent pour créer la commune du Margnès.